March 22nd 2015

De Kazan à Prague

Changement de pays, de langue et d’idées. De Kazan à Prague.

The Franco German

Il faut faire preuve d’un certain courage pour quitter un environnement professionnel dans lequel on s’est rapidement établi afin de repartir de zéro dans un tout autre domaine. Si l’on ajoute à cela un changement de secteur géographique, et donc culturel, une forte volonté et une bonne capacité d’adaptation sont également essentielles.

« Un navire amarré dans un port est en sécurité, mais ce n’est pas à cette fin qu’il a été construit. » – William Greenough Thayer Shedd

Zulfiya décida donc de laisser derrière elle son quotidien dans sa ville natale de Kazan, la capitale de la République du Tatarstan en Russie, où elle travaillait dans le secteur de l’énergie, pour des études d’art et de design de la mode à Prague.

Loin du cocon familial.

Dans un autre pays.

Au sein d’un tout autre secteur.

« J’ai décidé de suivre mon instinct et de voir où il me mène. »

Trois ans plus tard et ayant maintenant presque terminé sa formation, elle joue dans une catégorie à part par rapport au reste de sa classe. Pendant son échange à Porto, ses croquis et illustrations ont monopolisés les murs de l’exposition de fin de semestre. Elle reçoit des notes pour des travaux qu’elle ne reverra jamais ; les professeurs tenaient à les garder pour leurs propres collections.

« Je l’ai pris comme un compliment. »

Certains de ses examens se faisant de vive voix, elle apprend le tchèque tout en suivant ses études de design. Elle parle maintenant couramment et adore s’engager dans de longues conversations dans la langue slave. Un vrai caméléon.

«Mon objectif est d’aller à Paris maintenant.

Cette ville est toujours la capitale de la mode, cela n’a pas changé et je ne demande qu’à pouvoir me plonger dans cet environnement.

Paris m’attire, c’est comme ça. »

J’ai rencontré Zulfiya lors de son échange à Porto. Le teint hâlé par le soleil portugais. Les choses semblaient faciles pour elle. Le talent sans doute. La satisfaction d‘avoir pris son destin en mains aussi. Le reste n’est que discipline et abnégation.

Partir vivre dans un autre pays, que ce soit pour des études ou pour le travail, peut entrebaîller les portes de la nostalgie du temps passé ou ouvrir une fenêtre sur les possibilités d’un nouveau commencement. Certaines personnes intègrent pleinement les nouvelles expériences tandis que d’autres les traversent avec des sentiments mitigés.

Zulfiya fait partie du premier groupe.

Alors que nous marchons à travers les rues de Prague, en direction de la Maison Municipale afin d’y assister à un concert, elle arbore le sourire lumineux de quelqu’un qui apprécie le temps présent.

Elle savait que tout reprendre à zéro ne serait pas facile. Mais elle savait aussi que cela en vaudrait la peine. Le monde de la mode peut être brutal; elle est au courant. Les stages obligatoires ne sont que très faiblement rémunérés et les exigences sont élevées. La concurrence vient du monde entier.

Tout cela ne  l’impressionne pas.

Elle est lancée maintenant.

Photos prises avec un Canon 5D Mark III couplé à un Canon 85mm 1.8 et un Canon 16-35mm 4.0.

Cet article est également disponible en langue anglaise et allemande.

Instagram has returned invalid data.