February 1st 2015

Vent et neige

Que faire à Zurich quand la température passe en dessous de 0°C.

Les épisodes de neige à Zurich sont, et ce malgré la proximité des Alpes, assez rares.

Cette année-ci est donc une sorte d’exception à la règle. Si l’on ajoute à cela un vent assez fort descendant des montagnes alentours, on obtient une météo capable de surprendre même les plus aguerris.

Amis et collègues profitent alors des week-ends pour quitter Zurich et s’en aller dévaler quelques pistes de ski ou alors passer des journées entières chez eux, à bricoler des bécanes à la lumière du garage, se blottir sous des couvertures et rattraper des saisons entières de séries télévisés, se plonger dans les innombrables romans achetés à droite à gauche ou encore préparer CFA, CAIA, PMP, FRM et autres examens exigeant habituellement davantage de discipline quand la météo se fait plus clémente.

Si jamais une sortie dans les montagnes ou un « isolement intellectuel » ne sont pas/plus envisageables, il est toujours possible de trouver refuge dans l’un des nombreux bars, cafés et restaurants de la ville. La liste ci-dessous est une vision très subjective des meilleurs endroits où aller quand l’hiver vient frapper aux carreaux.

Mais avant de pousser la porte d’entrée d’une de ces tavernes, vent et neige à Zurich ont un certain charme qu’une promenade dans la vielle ville permet d’apprécier pleinement.

De quoi réveiller l’enfant qui sommeille dans chaque adulte.

Trêve de bavardages, voici la liste :

Le bar de l’Hôtel Widder est mon préféré dans la vieille ville de Zurich. Ni trop calme, ni trop bruyant durant les après-midis de fin de semaine, l’endroit est parfait pour lire, écrire ou tout simplement rencontrer quelqu’un. Des artistes de jazz y viennent certains soirs et l’ambiance devient alors bien plus feutrée. Derrière le bar, une bouteille de vodka en forme d’œuf avec un aigle d’argent trônant dessus en guise de fermoir attise ma curiosité depuis la première fois que l’ai vue; je me suis promis d’en prendre un verre avant de quitter cette ville.

Manzoni est l’endroit chéri d’un ancien collègue de travail ayant pris sa retraite à l’âge de presque 72 ans. Selon lui, c’est ici que se trouve le meilleur café court de Zurich. Le petit-déjeuner y est solide et les murs blancs – tout comme le mobilier – ceinturant la grande baie vitrée inondent le bar de lumière. De quoi réveiller un mort. Bon endroit pour démarrer un samedi ou faire une pause durant un après-midi.

Le Grand Café Odéon est une institution à Zurich. Depuis son ouverture en 1911, cet endroit a été le repaire de prédilection de certaines personalités de ce monde : Albert Einstein, James Joyce et Stefan Zweig ne sont que quelques exemples. Lénine s’y arrêta sur la route de son retour en Russie et Mussolini y avait ses habitudes pendant ses années de vie errante dans le pays helvétique. Avis aux amateurs.

Les accros au chocolat et adorateurs de Luxemburgerli se rendent au Café Sprüngli. Un endroit parfait pour assister au mélange des langues et cultures. Le chocolat attire les foules par contre. Vous voilà prévenus.

Tao’s est un de ces beaux restaurants asiatiques à la cuisine fusion. Situé dans un coin un peu caché de la vieille ville (avec un petit jardin et une terrasse), pourtant très proche du Paradeplatz, c’est un endroit idéal pour aller se recharger.  Tout est bien fait. Ne déçoit jamais.

Cantinetta Antinori est – selon moi – quelque chose à garder sous la main pour une occasion particulière. Le restaurant sert une excellente cuisine italienne dont mes parents se souviennent encore; cela arrive tellement peu souvent que cela mérite d’être mentionné.

Le prochain sur la liste est pour moi une “Ambassade de la gastronomie française”.Brasserie Lipp est un îlot français au milieu de Zurich. Pas d’autre question votre Honneur.

Ma première expérience de bar à Zurich était celle du Rive Gauche Bar. Idéal pour des entretiens d’affaires, un déjeuner avec des amis ou un peu de lecture l’après-midi. C’est calme et détendu, soigné sans être clinquant.

Enfin, cette liste ne serait pas complète sans Takano. Géré par M. Takano et son épouse, l’établissement incarne des valeurs japonaises typiques: rien d’ostentatoire, mais un fort accent sur la qualité. La soupe miso y est excellente.

Le printemps et l’été changent considérablement la donne et à partir du moment où les températures seront de nouveau durablement aux alentours de 15 ° C – 20 ° C, il sera temps de lister les meilleurs terrasses et jardins.

C’est l’heure pour moi d’aller courir un peu maintenant.

Oui, dans la neige.

Je sais.

Photos prises avec un Canon 5D Mark III couplé à un Canon 85mm 1.8 et un Canon 16-35mm 4.0.

Cet article est également disponible en langue anglaise et allemande.